Hors Champ

novembre-décembre 2020

Articles de cette rubrique

  • BEN BALCOM EN TROIS FILMS

    septembre / octobre 2020 6 octobre 2020, par Olivier Godin
  • Un texte présenté dans le cadre de la série ÉMERGENCE, organisée et présentée par la lumière collective, en collaboration avec Hors champ.

  • Ou la vie des morts (2)

    mai / juin 2020 7 juillet 2020, par André Habib
  • Un des passages les plus étranges de l’Odyssée d’Homère concerne un certain Elpenor, « tout jeune homme point trop vaillant dans les combats et peu ferme d’esprit ».

  • Ou la vie des morts (1)

    mai / juin 2020 7 juillet 2020, par André Habib
  • Comme d’autres, je n’ai pas été capable de visionner la vidéo de l’assassinat de George Floyd alors même que « ces images » que je n’ai pas eu le courage ou l’indiscrétion de regarder ne cessent de me, de nous (...)

  • SUR LA CITATION

    mai / juin 2020 7 juillet 2020, par Olivier Godin
  • King Dave de Podz [...] à voir si vous avez aimé L’arche russe d’Alexandre Sokourov. — Marc-André Lussier. J’ai lu mon premier Patrick Senécal alors que je terminais l’Auto-da-fé de Canetti. Passer de Canetti à Senécal, si je (...)

  • Surgissements : poétiques de l’image vidéo

    mai / juin 2020 7 juillet 2020, par Farah Atoui
  • " [...] C’est suite à la projection du film à la Cinémathèque québécoise que cet échange entre Nour et moi s’est engagé. Le dialogue nous a accompagnés jusqu’à Beyrouth en février 2020, pour ensuite se poursuivre par courriel au cours des mois suivants. Le (...)

  • Notes sur l’oiseau, l’extase et le fracas

    mai / juin 2020 7 juillet 2020, par Barbara Le Maître
  • " [...] Il n’est pourtant pas douteux que le film d’Herzog, empli d’oiseaux peuplant le ciel aussi bien que sculptés (dans le bois) ou autrement figurés (Walter Steiner s’envolant), réitère, en sus de l’amalgame entre l’homme et le volatile éclopé (...)

  • Porosités

    mai / juin 2020 6 juillet 2020, par Clément de Gaulejac
  • "Les premiers jours de juin 2020 ont été le théâtre d’une étrange visite à Montréal. Une jeune baleine à bosse a remonté le fleuve St-Laurent, dépassant de 400 km l’estuaire du Saguenay qui aurait dû être sa destination. Arrivée à Montréal, elle a passé (...)

  • Crever l’écran, céder la parole

    mai / juin 2020 6 juillet 2020, par Marc-Alexandre Reinhardt
  • Je pensais tenter de décrire notre curieuse temporalité, l’engourdissement du présent et la panique latente, essayer de nommer la posture qu’elle appelle, une sorte de manière d’agir dans l’urgence, lentement. Je me rappelais le corps de Denis Lavant (...)

  • Film suspendu

    mai / juin 2020 6 juillet 2020, par Miryam Charles
  • "Je n’ai jamais eu l’intention de réaliser des films. D’ailleurs, je répète souvent que je n’ai pas d’ambitions, pas de plan de carrière, ni d’envie de grandeur. J’étais tranquille. Je photographiais des films ou en produisait. J’étais tranquille. (...)

  • Récits de porte

    mai / juin 2020 5 juillet 2020, par Maude Trottier
  • L’expérience cinéphilique que j’aimerais maintenant tenter est à la fois sommaire et fastidieuse : mettre un peu d’ordre dans cette histoire de portes que je me suis mise à me raconter.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Hommage à Jonas Mekas

    Walden - Une autobiographie morcellée

  • Blinkity Blank

    L’intrusion d’images de Blinkity Blank de Norman McLaren dans les Histoire(s) du Cinéma de Jean-Luc Godard.

  • Entretien avec Rodrigue Jean et Mathieu Bouchard-Malo

    LA POÉSIE DU VIVANT

    Rodrigue Jean occupe une place absolument singulière dans le paysage cinématographique québécois. D’origine acadienne, mais vivant à Montréal depuis plusieurs années, Jean aboutit au cinéma après avoir été chorégraphe, dans les années 90. Ses longs métrages de fiction, Full Blast, Yellowknife, Lost Song, ainsi que ses documentaires L’extrême frontière et Hommes à louer composent un œuvre d’une rigueur extrême, révélant une « poésie du vivant » qui transite par des situations-limites, un refus du psychologisme et des typologies si communes dans notre cinéma.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen