Hors Champ

mai-juin 2020

Articles de cette rubrique

  • LA CROISÉE DES CHEMINS

    16 août 2015, par Nicolas Renaud
  • Café (Cantos de humo) / Hatuey Viveros Lavielle / Mexique / 2014 / 80 min. Sobre, mesuré, non ascétique mais discret et presque léger en apparence dans les premières minutes, Café est pourtant un film qui nous hypnotise lentement. On s’attache aussi (...)

  • Impressions nitrate

    13 août 2015, par Peter Rist
  • Retour sur le "Nitrate picture show", présenté à la George Eastman House, à Rochester, du 1er au 3 mai 2015.

  • Défense de l’amateur

    13 août 2015, par Louis Pelletier
  • Ce bref essai basé sur les expériences de recherche de l’auteur s’appliquera à démontrer que, en plus de jouer un rôle de premier plan dans la redécouverte de corpus longtemps négligés, les collectionneurs participent à la mise en valeur de documents (...)

  • Quelque notes sur la couleur (1)

    13 août 2015, par André Habib
  • Voir la projection d’une copie de film nitrate faisait partie, pour moi, de ces choses rêvées, inespérées, quasi impossibles, que le hasard et la détermination d’une poignée d’archivistes de la George Eastman House, un peu fous, sont parvenus ce (...)

  • Les documentaires de Kazuo Hara

    13 août 2015, par Anaïs Hamon
  • Analyse de trois films de Hara Kazuo : Goodbye CP (1972), Extreme Private Eros (1974) et The Emperor’s Naked Army Marches On (1987).

  • SUR LE CINÉMA ARTISANAL

    13 août 2015, par Olivier Godin
  • Pour un centre d’artistes, j’ai préparé une communication sur le cinéma dit « alternatif » ou « artisanal ». En préparer le propos et les sujets est une chose, mais il faut aussi se préparer à la livrer, à la dire, à la mettre en mot. Lorsque je (...)

  • LE CINÉMA AVANT LA NAISSANCE DU CINÉMA

    20 juillet 2015, par Nicolas Renaud
  • Selon une vue courante de l’histoire du cinéma, la motivation derrière les tout premiers films, tournés à la fin du 19e siècle, était avant tout la démonstration de l’invention technique ; le simple fait de révéler la possibilité de capter et de (...)

  • Le Kodachrome ou l’aube colorée du documentaire canadien

    3 avril 2015, par Nicolas Renaud
  • À une époque où la majorité des films étaient en noir & blanc, sauf pour le dispendieux procédé Technicolor à Hollywood, l’introduction de la pellicule 16mm Kodachrome en 1935 a permis de tourner des documentaires en couleurs, notamment à (...)

  • D’un œil à l’autre

    1er avril 2015, par Sébastien Brochu
  • Les personnages n’agissent absolument plus, parce que les intensités existentielles qui étaient accrochées à leur corps sont maintenant rendues nôtres. La disparition diégétique n’est pas l’annonce de la fin du monde, mais la motion vers une autre réalité (...)

  • L’ESTHÉTIQUE DU DÉTOURNEMENT ET DE L’APESANTEUR

    1er avril 2015, par Renaud Després-Larose
  • On le sait, il y a trop d’images. Mais l’on s’entend généralement assez mal lorsque vient le moment — plutôt rare |— de se risquer à une définition de ce que seraient ces images en trop, par exemple en cherchant à déterminer si elles participent ou non à (...)

0 | ... | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | ... | 470

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • En chantiers

    BROUILLARD

    Dossier visuel et textuel préparé par Alexandre Larose au sujet du projet "brouillard".

  • Entretien avec Lav Diaz

    LES HISTOIRES QUI RESTENT

    Pour accompagner la rétrospective des films de Lav Diaz à Montréal, nous nous sommes entretenus avec le cinéaste pour retracer les jalons de sa carrière, situer le contexte ainsi que les spécificités culturelles et géopolitiques de ce cinéma profondément de son temps, qui nous parle d’un autre temps.

  • Chronique télévision

    C’EST JUSTE DE LA TV

    C’est cette triple allégeance (au jugement a priori sur la télé, aux vedettes bouche-trou et au public-alibi), pourrait-on dire, qui mine dans son actualisation l’idée derrière C’est juste de la tv, par ailleurs assez séduisante. Mais cela ne devrait pas trop nous surprendre : dans la mesure où c’est tout le paysage télévisuel en mutation qui semble se plier volontairement à cette stratégie dialectique entre le Quidam et la Star, il est dans l’ordre des choses qu’une émission qui s’adresse au même public et se positionne tel un miroir face à ses goûts et dégoûts finisse par en reproduire les tics majeurs.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen