Hors Champ

mai-juin 2020

Articles de cette rubrique

  • POLITIQUE DE LA FOLIE ET DE L’EXTASE

    1er juin 2002, par Guillaume Lafleur
  • "...Il faut aujourd’hui penser l’histoire du cinéma américain en ayant en tête le mode d’absorption particulier de ses propres images, de la mythologie particulière qu’elles provoquent. Il est trop facile de prendre en compte cela en considérant (...)

  • FILM AMATEUR : DU SUPER 8 À LA VIDÉO OU L’ÉROSION D’UNE SENSIBILITÉ CINÉMATOGRAPHIQUE

    1er juin 2002, par Nicolas Renaud
  • Liens : dossier vidéo partie 2 et partie 3 Une chaîne de la télévision belge diffusait l’hiver dernier, en fin de soirée, une collection de films de familles. Ces documents dataient des années 50 jusqu’au milieu des années 80, donc principalement sur (...)

  • LA ROUTE DÉSENCHANTÉE

    1er juin 2002, par André Habib
  • "Chaque homme a, dans son pauvre cœur, des endroits qui n’existent pas, et où la douleur entre, afin qu’ils soient". (Histoire(s) du cinéma, épisode 4b) Proposons ceci, quitte à nous raviser. Il y a des films auxquels on reviendra toujours (La Passion (...)

  • UNE CORRIDA QUÉBÉCOISE

    22 avril 2002, par Réal La Rochelle
  • "...Vue rétrospective contradictoire, à l’instar de ce cinéma qu’annuellement les Rendez-vous rassemblent, diffusent, nomment, interrogent. Un cinéma certes en croissance marquée, mais perpétuellement partagé entre, d’une part, ses visées de modeste et (...)

  • BAISE-MOI

    22 avril 2002, par Yannick Rolandeau
  • "...Il faut bien comprendre qu’un film comme Baise-moi n’est pas né du jour au lendemain mais qu’il est le fruit complexe de plusieurs tendances qui ont travaillé la société depuis plusieurs dizaines d’années. Il serait trop long de rentrer dans les (...)

  • ENTRETIEN AVEC PETER KUBELKA

    22 avril 2002, par André Habib, Frédérick Pelletier, Simon Galiero, Vincent Bouchard
  • "...Au terme de ces soirées denses, l’artiste viennois a cependant semé dans la tête des spectateurs - ainsi qu’à la rédaction d’Hors Champ - de nombreuses questions qui n’ont pas manqué de soulever des discussions et des prises de positions aussi (...)

  • L’IMAGE QUI MARQUE

    22 avril 2002, par Nicolas Renaud
  • À quoi ressemblent les pensées d’une personne qui n’a jamais entendu un mot, jamais vu un visage ? Ce mystère se dresse devant nous à mesure que nous plongeons dans le film Pays du silence et de l’obscurité. L’image et le son pour représenter des gens (...)

  • THE MAN WHO WASN’T THERE

    février 2002, par André Habib
  • "...Ce ne serait pas couper court de dire que le "vrai" devient, dans ce film, le contre-champ du faux. Mais puisqu’il arrive que le champ devienne, à son tour, contre-champ, le vrai pivote sur lui-même et devient une partie du faux. Le film nous (...)

  • PORTO DE MON ENFANCE

    février 2002, par Stéphane Regy
  • "...Annoncé comme un "petit Oliveira" par la rumeur, Porto de mon enfance est plus sûrement une clé sans pareille pour pénétrer l’univers du cinéaste. Comme souvent chez le portugais, il suffit de suivre le titre pour se faire un idée juste de ce qu’on (...)

  • DU RÉEL INVISIBLE

    février 2002, par Guillaume Lafleur
  • "...Lorsque Cruise, au début de Vanilla Sky, se retrouve en voiture dans un Time Square désert, je rêve au Paris réinventé de Minelli où l’on dévoilait la chimère d’une ville dans le carton des décors. Cela est passé de mode. On injecte du faux au réel (...)

0 | ... | 380 | 390 | 400 | 410 | 420 | 430 | 440 | 450 | 460 | 470

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Entretien avec Rodrigue Jean et Mathieu Bouchard-Malo

    LA POÉSIE DU VIVANT

    Rodrigue Jean occupe une place absolument singulière dans le paysage cinématographique québécois. D’origine acadienne, mais vivant à Montréal depuis plusieurs années, Jean aboutit au cinéma après avoir été chorégraphe, dans les années 90. Ses longs métrages de fiction, Full Blast, Yellowknife, Lost Song, ainsi que ses documentaires L’extrême frontière et Hommes à louer composent un œuvre d’une rigueur extrême, révélant une « poésie du vivant » qui transite par des situations-limites, un refus du psychologisme et des typologies si communes dans notre cinéma.

  • En chantiers

    BROUILLARD

    Dossier visuel et textuel préparé par Alexandre Larose au sujet du projet "brouillard".

  • Seijun Suzuki

    HISTOIRES DE COUTEAUX

    — Pour débuter, vous réaliserez un petit film d’action inoffensif, lui dira Kyusaku Hori, président de la Nikkatsu. Je vous propose donc La victoire est à nous. Le scénario n’est pas génial, mais il n’est pas mauvais non plus. Il est néanmoins inoffensif. À la fin du scénario, il y a un combat qui oppose un marin à un gangster. En dépit de la teneur inoffensive du produit final, si cette séquence tient la route, il est de mon avis qu’il en ira également de vos commencements.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen