Hors Champ

janv.-fév. 2020

Dossier Cinémathèque québécoise, 50 ans après

Entrailles

Photographies des archives de la Cinémathèque québécoise

par Yann-Manuel Hernandez
26 septembre 2013

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG

PNG


Photographies : Yann-Manuel Hernandez

Lieu : Archives, section Boucherville de la Cinémathèque québécoise


À LIRE DANS CE DOSSIER :

Entretien avec Robert Daudelin d’André Habib

Entretien avec Fabrice Montal de Serge Abiaad

Entretien avec Guy Fournier d’André Habib et Yann-Manuel Hernandez

Entretien avec Marco De Blois de Serge Abiaad

Entretien avec Jean Gagnon d’André Habib

Entretien avec Karine Boulanger de Serge Abiaad

Entretien avec Pierre Jutras d’Antoine Godin, André Habib, Nicolas Renaud

Mandat élargi, mais à quel prix ? de Pierre Véronneau

Dans les beaux draps de la Cinémathèque de Mathieu Li-Goyette

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Quelques notes sur la pratique de la restauration numérique du film

    Dry Humping Against the Grain

    La confusion qui règne autour de la restauration des films est de nos jours d’autant plus grande qu’elle est accablée par deux dogmes idéologiques. Le premier s’affiche déjà comme une évidence : aujourd’hui, la « restauration des films » consiste principalement – sinon exclusivement – en un processus de numérisation de la pellicule cinématographique. Le deuxième, beaucoup plus délicat, se cache sous la surface polie du numérique : c’est une entreprise qui s’opère hors de tout examen minutieux et qui ignore subtilement tout les discours technologiques, éthiques et philologiques ; une affaire qui s’effectue au-delà de tout besoin réel de refléter l’histoire (du cinéma) ; un processus profondément, purement et irréversiblement repoussé dans les catégories de l’économie de marché.

  • FNC en plans

    BROUILLARD - PASSAGE #15

    Il y a d’abord le choc du carré blanc du 35mm, avec ces bords arrondis et son format 1,33 :1, sa lumière vive, apaisante. Et puis aussitôt, cette image qui surgit, cette espèce de paysage dont on se demande aussitôt de quelle substance il est fait (et si on pourra trouver les mots pour le décrire).

  • « Abominablement canadien »

    Rencontre avec Matthew Rankin

    Entretien avec Matthew Rankin à l’occasion de la sortie de son film, The Twentieth Century.

ISSN 1712-9567
copyright 2020

Zoom Out   OffScreen       Conseil des arts du Canada   Conseil des arts de Montréal