Hors Champ

septembre / octobre 2019

Articles de cette rubrique

  • IL EST MINUIT

    juillet / août 2019 17 septembre 2019, par Olivier Godin
  • Ce n’est pas comprendre qu’il faut, c’est raconter. Hervé Bouchard Il y a des créateurs qui ne savent nous inspirer que le mépris le plus inconditionnel. Pendant longtemps, je comptais sur ma liste d’indésirables l’italien Visconti. Fouillez-moi (...)

  • Autour du Festival international du film d’histoire de Montréal

    juillet / août 2019 16 septembre 2019, par Rémy Besson
  • Le premier Festival international du film d’histoire de Montréal (FIFHM), qui s’est tenu à la Cinémathèque québécoise du 3 au 5 mai 2019, s’est ouvert par une séance ayant pour thème : La pellicule, témoin de l’histoire. Le programme est intrigant, car il (...)

  • LA DÉFENSE DES IMAGES PAUVRES

    mai / juin 2019 30 juillet 2019, par Jacques Perconte
  • Voilà une note que j’ai écrite pour éclaircir mes positions en réponse à à l’invitation de présenter une conférence en janvier 2019 au microsalon à Paris. C’est le grand rendez-vous de l’Association française des directeurs de la photographie (...)

  • L’ATTRAIT DE LA FLAQUE

    mai / juin 2019 30 juillet 2019, par André Habib
  • J’aimerais écrire un petit livre, plaquette, étude, essai libre, sur l’attrait de la flaque au cinéma, avec un sous-titre bien sérieux comme : « Pour une esthétique du renversement ». J’en émets ici l’hypothèse, la très frêle et improbable ébauche, avec (...)

  • JOURNAL DU FAUX MÉTIER

    mai / juin 2019 30 juillet 2019, par Olivier Godin
  • « Le pays s’invente avec des mots et avec, chose plus humble encore, l’orthographe. » - Jean Marcel. Il regarde et pour se perdre s’offre les marges déboule dedans pour mieux revoir les pommes et du trop petit trottoir la lumière lui donne son (...)

  • ARCHIVES À CONVICTION

    mai / juin 2019 29 juillet 2019, par la rédaction
  • Dossier visuel consacré à quelques "archives de la contestation" contre la direction de l’ONF, depuis 2000.

  • LES HISTOIRES QUI RESTENT

    mai / juin 2019 25 juin 2019, par Paul Grant
  • Pour accompagner la rétrospective des films de Lav Diaz à Montréal, nous nous sommes entretenus avec le cinéaste pour retracer les jalons de sa carrière, situer le contexte ainsi que les spécificités culturelles et géopolitiques de ce cinéma (...)

  • "À nos amis"

    mai / juin 2019 10 juin 2019, par Nicolas Klotz
  • *Dossier établi par Nicolas Klotz, fruit de deux discussions entre les cinéastes bonifiées de trois splendides textes adressés à des oeuvres récentes de Lav Diaz, Norte, la fin de l’histoire (2013), From What is Before ? (2014) et The Women Who Left (...)

  • Le pouce, mes yeux fermés

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Doriane Biot
  • Journal de bord réalisé dans le prolongement de l’école d’été en recherche-création avec Pierre Hébert, été 2018, Université de Montréal.

  • PRISE DE CONTACT

    mars / avril 2019 24 avril 2019, par Ouennassa Khiari
  • Carnet rédigé dans la foulée d’une école d’été qui s’est déroulée à l’été 2018, à l’Université de Montréal, avec le cinéaste Pierre Hébert.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240

Recherche

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Brainstorm / machine de guerre

    À L’APPROCHE D’UN CINÉMA EN QUÊTE D’EXISTENCE

    Tout se passe comme s’il y avait un équilibre secret et profond entre les troupes de l’art conformiste et ses voltigeurs audacieux. C’est là un phénomène de complémentarité bien connu en sociologie, où Claude Lévi-Strauss l’a décrit excellement : l’auteur d’avant-garde est un peu comme le sorcier des sociétés dites primitives : il fixe l’irrégularité pour mieux en purifier la masse sociale. Nul doute que dans sa phase descendante, la bourgeoisie n’ait eu un besoin profond de ces conduites aberrantes, qui nommaient tout haut certaines de ses tentations.

  • BERLIN 2018

    RENCONTRE AVEC TED FENDT

  • Quelques nouvelles du réel

    Le plongeon (I)

    Tour à tour, petits et gros, adultes et enfants, s’avancent lentement sur le tremplin, et d’une légère ou puissante flexion des jambes qui se communique à la planche en une vibration qui les propulse, sont lancés, le corps souvent désarticulé, en suspension, quelques fractions de seconde, avant d’être soumis au principe de gravité et englouti dans les profondeurs fraiches de l’eau. Rarement élégant, purement ludique, le plongeon repose sur un plaisir que je comprends, en principe, mais que je ne parviens pas tout à fait à partager (je ne crois pas y avoir pensé activement avant).

Nouvelles et liens

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen