Hors Champ

novembre/décembre 2017

Articles de cette rubrique

  • Détours

    novembre / décembre 2017 18 janvier, par Ghassan Salhab, Nour Ouayda
  • Mode d’emploi Ce texte est un échange oral, écrit, retranscrit, imagé et même parfois fictif entre Ghassan Salhab et Nour Ouayda. Le // qui sépare les différents textes, images et fragments doit être conçu tel un cut, cette coupure qui permet de (...)

  • Devant les ruines

    novembre / décembre 2017 17 janvier, par Ghada Sayegh
  • Etablir une cartographie des ruines au Liban revient à appréhender cette hétérogénéité des vestiges, autant que ses stratifications temporelles. Comment appréhender Beyrouth après le désastre, comment représenter une ville en ruines, dont les repères (...)

  • RÉCIT(S)

    novembre / décembre 2017 15 janvier, par Ghassan Salhab
  • Deux dangers ne cessent de menacer le monde : l’ordre et le désordre. Paul Valéry. 1 Qu’est-ce donc qu’un miroir ? Un puits pour certains, puits sans fond. Chute libre. Pour d’autres, le Diable probablement, sa tanière, sa demeure. D’autres encore : (...)

  • Combien d’entre nous ?

    novembre / décembre 2017 15 janvier, par Nour Ouayda
  • La revue Hors champ est heureuse de présenter une rétrospective complète du cinéaste franco-libanais Ghaasan Salhab, du 27 janvier au 2 février, à la Cinémathèque québécoise et à la Lumière Collective. En présentant cinq longs métrages de fiction et trois (...)

  • Espace de reliaison

    novembre / décembre 2017 5 janvier, par Aodren Buart
  • Face aux ruines de la guerre, Beyrouth la rencontre de Borhane Alaouié et (posthume) de Ghassan Salhab ne choisissent pas le chemin de la fiction, mais celui de son impossibilité, tentant de reconstruire un regard détruit par les conflits et de (...)

  • Antonioni & Ferrare. Une hypothèse plausible

    novembre / décembre 2017 5 janvier, par Claudia Polledri
  • L’année 2017, dixième anniversaire de la disparition de Michelangelo Antonioni (1912-2007), a vu la parution de nombreuses contributions au sujet de l’œuvre du cinéaste italien. Plusieurs événements (expositions, concerts) ont aussi été organisés en (...)

  • NOËL

    21 décembre 2017, par Olivier Godin
  • « Le matin du 25 décembre, des gens respirent quelque chose du bonheur et ce butin précieux leur sort doucement des narines et de la bouche comme une boucane de locomotive. Sur le manteau craquant de l’hiver, les mains dans les poches, leur pas est (...)

  • Journal d’après

    septembre / octobre 2017 1er novembre 2017, par André Habib
  • J’écris après. Alors que déjà se dissipe le souvenir de ces nuits projetées. Que s’émousse ce qui était encore il y a quelques jours, quelques heures, saillant dans la mémoire. La précision de certains rythmes, sensations, bruits, non décantée, revenait (...)

  • Notes sur deux films

    septembre / octobre 2017 31 octobre 2017, par Sylvain Lavallée
  • Retour sur deux films du Festival Nouveau Cinéma par Sylvain Lavallée.

  • Neuf secondes de presque rien

    septembre / octobre 2017 31 octobre 2017, par Marie-Charlotte Téchené
  • « La vie donne parfois au plus petit geste le retentissement d’une victoire. Et le cinéma a ceci d’émouvant qu’il restitue la densité de l’ordinaire en enregistrant cette profusion de signes presque imperceptibles qui en font l’étoffe. [...] (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 180

Recherche

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • FNC en plans

    BROUILLARD - PASSAGE #15

    Il y a d’abord le choc du carré blanc du 35mm, avec ces bords arrondis et son format 1,33 :1, sa lumière vive, apaisante. Et puis aussitôt, cette image qui surgit, cette espèce de paysage dont on se demande aussitôt de quelle substance il est fait (et si on pourra trouver les mots pour le décrire).

  • cinéma couleur, collectionneurs et archives

    Défense de l’amateur

    Ce bref essai basé sur les expériences de recherche de l’auteur s’appliquera à démontrer que, en plus de jouer un rôle de premier plan dans la redécouverte de corpus longtemps négligés, les collectionneurs participent à la mise en valeur de documents filmiques posant des problèmes en apparence insolubles aux archives établies.

  • Apichatpong Weerasethakul

    ’In dreams you can’t take control’

    Plusieurs cinéastes ont décrit le rapport d’extrême proximité que le cinéma entretient avec la dimension onirique de l’existence. Mais à ma connaissance, et même si pour sa part Abbas Kiorastami se félicite que les gens s’endorment durant la projection de ses films, personne n’est allé aussi loin dans l’exploration de la dimension onirique du cinéma qu’Apichatpong.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen