Hors Champ

septembre-octobre 2020

Articles de cette rubrique

  • REGRETS, RÊVES, ORGUEIL ET SOLITUDE

    14 juin 2004, par Nicolas Renaud
  • Dans la cadre de la présentation de Il était une fois en Anatolie de Nuri Bilge Ceylan durant le FNC 2011, nous vous redonnons à lire cet article publié en 2004. Il était une fois en Anatolie sera présenté le 12 octobre à 21h15 et le 15 octobre à 12h00 (...)

  • ABBAS KIAROSTAMI

    14 juin 2004, par Shahin Parhami
  • « Si le cinéaste crée un film avec des idées crues, non digérées en tête, le film devient un slogan animé. Dans un pays comme l’Iran, où les questions sociales et politiques changent constamment, l’artiste doit voir au delà de ces dénouements mondains ; (...)

  • HORS CHAMP PRÉSENTE : LES FILMS DE BILL MORRISON

    20 avril 2004, par André Habib
  • Ces « films d’archives » appellent une réflexion sur la « mémoire de la pellicule » qui, en se décomposant superbement, révèle l’importance de sa préservation… et du temps propre au cinéma.

  • L’HISTOIRE ET LE CINÉMA

    22 mars 2004, par Franz-Emmanuel Schürch
  • "Raconter des histoires a d’abord été le travail de ceux qui avaient la tâche d’éveiller les hommes à leur vie, vie qui se passe, qui devient, qui se termine, comme les histoires. La vie peut aussi par moment se concentrer dans un événement lourd qui (...)

  • L’IRONIE CONTRE LA PEUR

    22 mars 2004, par Yannick Rolandeau
  • Woody Allen nous avait prévenu dans une interview il y a quelques années : après trois « pures » comédies, Small Time Crooks (2000), The Curse of the Jade Scorpion (2001), Hollywood Ending (2002), il allait revenir avec un film plus ambitieux. (...)

  • LES INVASIONS BARBARES OU LE TRIOMPHE D’UN MALENTENDU

    22 mars 2004, par André Habib
  • « …ce n’est pas en parlant de la mort qu’on en éprouve l’épreuve. Ce n’est pas non plus en martelant des phrases enguirlandées de qualificatifs et d’adverbes, que ce film trouve son efficacité, c’est plutôt quand il décide de se taire. (...)

  • QUEL AVENIR POUR LA CINÉMATHÈQUE QUÉBÉCOISE ?

    22 mars 2004, par André Habib, Frédérick Pelletier, Nicolas Renaud, Simon Galiero
  • Nous reproduisons ici, dans son intégralité, une lettre envoyée par le comité éditorial de Hors Champ au quotidien Le Devoir et publiée par celui-ci en page A7 "Idées", le mardi 9 mars 2004. Il est urgent et essentiel d’apporter quelques (...)

  • COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT

    24 janvier 2004, par Guillaume Campeau
  • La critique s’en est prise au FFM et à son directeur, mais personne n’est venu remettre en question le soutien que ce festival obtient de la part des institutions culturelles, privées et publiques. Or, en se demandant ce qui permet à ce festival de (...)

  • LE FILM DANS LE FILM DANS...

    24 janvier 2004, par Jean-François Aubé
  • Aujourd’hui, la possibilité de faire des films est là, grimpante et dérangeante. Exprimer son individualité et sa personnalité par la voie des images devient non seulement facile, mais c’est comme si l’impossibilité passée de ce projet gonfle l’urgence (...)

  • SUR LE SENTIER DE WERNER HERZOG

    24 janvier 2004, par André Habib, Nicolas Renaud, Simon Galiero
  • « ...C’est exactement ce que je nomme la « vérité extatique », qui est au centre de mon travail. Très tôt, j’ai eu le sentiment que ce serait seulement par l’invention et la stylisation que je pourrais toucher la vérité profonde d’un personnage, même dans (...)

0 | ... | 340 | 350 | 360 | 370 | 380 | 390 | 400 | 410 | 420 | ... | 450

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Journal de Cimmérie

    STEVE MCQUEEN

  • Notes sur le Situated Cinema Project

    Le cinéma détruit

    Notes à propos du projet "Situated Cinema".

  • La théorie du tout de Céline Baril

    PENSER LE TERRITOIRE

    L’intérêt de La théorie du tout tient à la fois de l’intelligence du discours et de sa mise en forme cinématographique. Car jamais ici la rigueur esthétique ne s’écrase devant le sérieux du propos. Pas plus qu’elle ne cède à une soi-disant efficacité du spectaculaire afin de convaincre.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen