Hors Champ

mai-juin 2020

Articles de cette rubrique

  • LES DEUX LUMIÈRE : SPLENDEURS ET MISÈRES DU CINÉMA

    16 décembre 2004, par André Habib, Guillaume Lafleur
  • "Le cinéma, à mon sens, est mort en devenant un art de la maîtrise, dès le second film des frères Lumière. Le prolongement de cette forme morte de cinéma se trouve dans le virtuel. Le premier film des Frères Lumière quant à lui, se prolonge avec Rohmer, (...)

  • Raoul Ruiz (1941-2011) L’ESPRIT DE L’EXODE

    16 décembre 2004, par André Habib, Richard Bégin
  • "L’esprit de l’exode, c’est le goût de la diversité. Il faut faire un parcours en traversant différents types de diversité jusqu’au point où on peut rentrer chez soi et trouver que c’est le pays le plus exotique." (Ruiz) En hommage à cet immense (...)

  • LE RETOUR DE KUSTURICA

    16 décembre 2004, par Nicolas Renaud
  • (Pour toutes les photos de La vie est un miracle : © Aleksandar Letic / Les Films Alain Sarde) - Dès les premières minutes de La vie est un miracle, devant cette lumière limpide et dorée, la finesse des déplacements de caméra (...)

  • HOMMAGE À JEAN ROUCH : CAMÉRA INTOUCHABLE

    9 novembre 2004, par Bob W. White
  • Je me rends compte maintenant que j’ai toujours senti une sorte de malaise avec la caméra de Jean Rouch, son « gaze », comme les post-modernistes anglophones aiment dire. Mais pour plusieurs raisons, je n’ai jamais cherché la source de ce malaise, (...)

  • L’INVENTION BARBARE

    9 novembre 2004, par Philippe Despoix
  • Ce texte est un dialogue imaginé entre deux ethnologues à partir du visionnement du film de Jean Rouch, Tourou et bitti (1972), et de sa conférence sur « les avatars de la personne du possédé, du magicien, du sorcier, du cinéaste et de l’ethnographe (...)

  • PARCOURS D’UN ETHNO-CINÉASTE

    9 novembre 2004, par André Habib, François L’Écuyer
  • Patiemment et avec un désordre exemplaire, Rouch fit du cinéma et pratiqua son métier d’anthropologue pendant près de 60 ans. L’un comme l’autre en portent aujourd’hui les traces...

  • JEAN ROUCH ET L’OFFICE NATIONAL DU FILM

    9 novembre 2004, par Vincent Bouchard
  • Sans influencer directement la prise de parole des francophones au sein de l’ONF, Jean Rouch a participé à l’éclosion de l’équipe française en proposant une autre manière de concevoir le médium cinématographique. Il a permis à ces cinéastes d’approfondir (...)

  • CECI N’EST PAS UNE RÉTROSPECTIVE

    6 octobre 2004, par Viva Paci
  • "Marker, grand monteur de paroles et d’images, se livre à une pratique (tourner des plans, écrire des textes, trouver des fragments de pellicule, assembler et faire s’entrechoquer une image avec une autre, une image avec un commentaire) où il (...)

  • UNE ESTHÉTIQUE DE L’ÉVIDENCE

    6 octobre 2004, par André Habib
  • Dans tous les films de Kaurismaki, tout est simple, transparent, limpide, non problématique - rien de plus facile à suivre, comme film. Et pourtant, c’est un cinéma qui est toujours sur le fin fil de l’incongruïté la plus inouïe, de la banalité la plus (...)

  • MATIÈRE ET MÉMOIRE

    5 octobre 2004, par André Habib
  • Trace, médium, sens HC : Dans les années 80, à New York et ailleurs, beaucoup d’artistes se mirent à expérimenter avec la vidéo. Parallèlement, il semble que l’apparition de la vidéo et du numérique ont donné lieu à une sorte de regain d’intérêt pour la (...)

0 | ... | 340 | 350 | 360 | 370 | 380 | 390 | 400 | 410 | 420 | ... | 470

Recherche

Effectuez une recherche parmi les 800 articles publiés par la revue Hors champ depuis 1998.

Mots-clés

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • De Satyajit Ray à Bernard Émond

    Y A-T-IL TROP D’IMAGES ?

    Par ce double engagement, à la fois dans le cinéma et dans une pensée qui en dépasse le cadre (ou qui en nourrit l’horizon), Émond participe d’une certaine façon à revaloriser la profondeur de son métier. À la définition complaisante qui consiste aujourd’hui à limiter les réalisateurs à un statut de "professionnels de l’image" et de concepteurs tous azimuts (définition trop souvent propagée par les réalisateurs eux-mêmes), Émond oppose l’idée d’un cinéma qui réfléchit l’image plus qu’il ne la fabrique.

  • Autour de Scratch

    Notes sur Blinkity Blank

  • Symposium créer/montrer/conserver

    L’Après-film

    Le répertoire des films que j’ai vus et gardés en mémoire –ce catalogue de vies vécues par procuration, ces visions du temps – est devenu pour moi un index de réactions qui émergent en réponse au monde.

copyright 2008

Conseil des arts du Canada OffScreen