Hors Champ

juillet / août 2019

FCMM 2000

BOVENBAD (LA PISCINE)

par Frédérick Pelletier
4 janvier 2001

Vu un peu par hasard lors du FCMM 2000, Bovenbad (La Piscine) de Mirjam Bœlsums et Lony Scharenborg constitue l’une de ces trop brèves rencontres qui révèle et célèbre le charme discret de la vie dans ses manifestations les plus grégaires.

Situé dans et autour du bassin d’une piscine publique d’Amsterdam, ce documentaire prend pour point de départ la baignade en groupe et en fait un film sur le cycle de la vie dans l’élément même de ses débuts : l’eau.

De l’ouverture sur des femmes enceintes aux prises avec une gymnastique prénatale jusqu’aux vieillards en fin de course, c’est un filmage simple, intimiste et fluide comme le contenu du bassin qui installe un réel solidement appuyé par la véritable beauté des images.

Du coup, c’est aussi un échantillonnage de la société hollandaise (Bœlsums est sociologue de formation) que l’on soumet à l’implacable passage du temps : nouveaux-nés, femmes, nudistes gais, familles nucléaires, etc., etc. Tous viennent ici pour des motifs différents : draguer, nier la solitude, se soumettre à l’obligation qu’ont les parents hollandais d’apprendre à nager à leurs rejetons ou simplement pour se détendre.

Ils incarnent dès lors, par leurs différences dans ce lieu simple qui les unit et par ce temps porteur d’une fatalité universelle, rien de moins que les grandeurs et misères quotidiennes de l’humanité. La beauté de la lenteur, semblable au souffle que l’on retient sous l’eau, résume alors une vie et ses innombrables variations organiquement condensées en 43 minutes.

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • La générosité exemplaire de Jacques Tati

    POUR LE PLAISIR DE L’AMATEUR

    Essai sur le cinéma et l’amateurisme à partir de l’oeuvre de Jacques Tati.

  • Albert Maysles, 1926-2015

    Le regard empathique

  • Quelques notes sur la pratique de la restauration numérique du film

    Dry Humping Against the Grain

    La confusion qui règne autour de la restauration des films est de nos jours d’autant plus grande qu’elle est accablée par deux dogmes idéologiques. Le premier s’affiche déjà comme une évidence : aujourd’hui, la « restauration des films » consiste principalement – sinon exclusivement – en un processus de numérisation de la pellicule cinématographique. Le deuxième, beaucoup plus délicat, se cache sous la surface polie du numérique : c’est une entreprise qui s’opère hors de tout examen minutieux et qui ignore subtilement tout les discours technologiques, éthiques et philologiques ; une affaire qui s’effectue au-delà de tout besoin réel de refléter l’histoire (du cinéma) ; un processus profondément, purement et irréversiblement repoussé dans les catégories de l’économie de marché.

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal