Hors Champ

janv.-fév/mars-avril 2018

FCMM 2000

BOVENBAD (LA PISCINE)

par Frédérick Pelletier
4 janvier 2001

Vu un peu par hasard lors du FCMM 2000, Bovenbad (La Piscine) de Mirjam Bœlsums et Lony Scharenborg constitue l’une de ces trop brèves rencontres qui révèle et célèbre le charme discret de la vie dans ses manifestations les plus grégaires.

Situé dans et autour du bassin d’une piscine publique d’Amsterdam, ce documentaire prend pour point de départ la baignade en groupe et en fait un film sur le cycle de la vie dans l’élément même de ses débuts : l’eau.

De l’ouverture sur des femmes enceintes aux prises avec une gymnastique prénatale jusqu’aux vieillards en fin de course, c’est un filmage simple, intimiste et fluide comme le contenu du bassin qui installe un réel solidement appuyé par la véritable beauté des images.

Du coup, c’est aussi un échantillonnage de la société hollandaise (Bœlsums est sociologue de formation) que l’on soumet à l’implacable passage du temps : nouveaux-nés, femmes, nudistes gais, familles nucléaires, etc., etc. Tous viennent ici pour des motifs différents : draguer, nier la solitude, se soumettre à l’obligation qu’ont les parents hollandais d’apprendre à nager à leurs rejetons ou simplement pour se détendre.

Ils incarnent dès lors, par leurs différences dans ce lieu simple qui les unit et par ce temps porteur d’une fatalité universelle, rien de moins que les grandeurs et misères quotidiennes de l’humanité. La beauté de la lenteur, semblable au souffle que l’on retient sous l’eau, résume alors une vie et ses innombrables variations organiquement condensées en 43 minutes.

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • La générosité exemplaire de Jacques Tati

    POUR LE PLAISIR DE L’AMATEUR

    Essai sur le cinéma et l’amateurisme à partir de l’oeuvre de Jacques Tati.

  • La direction d’acteur vue par J-P Lefebvre

    MA FAMILLE COMÉDIENS

    Pourquoi n’ai-je pas davantage écrit à leur sujet ? Par pudeur, peut-être. Parce que j’ai avec eux des relations intimes, presque familiales, et que mes « techniques » de direction de comédiens reposent essentiellement sur des échanges humains, la plupart du temps autour d’un bon repas ; et parce que je les laisse responsables d’être à la fois ce qu’ils sont et les personnages qu’ils créent. J’ai ainsi le sentiment d’être à leur égard un spectateur admiratif plutôt qu’un meneur de jeu. En quelque sorte, je me laisse diriger par les comédiens plus que je les dirige.

  • Contagion

    L’ESTHÉTIQUE DU DÉTOURNEMENT ET DE L’APESANTEUR

    On le sait, il y a trop d’images. Mais l’on s’entend généralement assez mal lorsque vient le moment — plutôt rare |— de se risquer à une définition de ce que seraient ces images en trop, par exemple en cherchant à déterminer si elles participent ou non à ce spectacle généralisé qu’annonçait Guy Debord il y a déjà plus de quarante ans....

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal