Hors Champ

janv.-fév/mars-avril 2018

HORS CHAMP présente

GAUMONT 1912-1913 : ŒUVRES PHARES DE LOUIS FEUILLADE ET DE LÉONCE PERRET

par Nicolas Renaud
6 janvier 2010

29 janvier 2010 à 18h30, Cinémathèque québécoise, salle Claude-Jutra

Accompagnement au piano par Gabriel Thibaudeau


Cinéastes doués et prolifiques à l’emploi de la Société Gaumont, Feuillade et Perret écrivent et tournent sans relâche des courts-métrages en tous genres à partir de la fin des années 1900. À travers la part encore visible de cette abondante production, il semble que ce soit vers 1912 qu’apparaît une étonnante maturité artistique dans les films de chacun. Des films qui brillent par la beauté plastique des images, un nouveau degré de complexité narrative et un langage cinématographique élaboré, ne cédant rien en maîtrise et en inventivité à ce que démontre Griffith à la même époque. Les quatre titres présentés permettent ainsi de découvrir des œuvres magistrales et peu connues de deux pionniers du cinéma, deux grands auteurs du muet, révélés quelques années avant les séries à succès et les longs-métrages plus ambitieux de chacun. Ces films sont également unis par des liens thématiques, deux d’entre eux présentant d’intéressants procédés d’autoréflexivité sur le phénomène du cinématographe, puis les quatre étant centrés sur un même sentiment, une faille humaine à la fois simple et tortueuse : la jalousie. Enfin, et surtout, la beauté de ces films n’apparaît nullement flétrie ou vétuste, au contraire, le siècle qui nous en sépare semble l’avoir fait mûrir, avoir scellé cette beauté en dehors du temps.


JPEGERREUR TRAGIQUE de Louis Feuillade / Int. : Suzanne Grandais et René Navarre / 35mm N&B / intertitres en français / 24 min (18 i/s) / France, 1912.

Un homme aperçoit par hasard sa jeune épouse sur un écran de cinéma, passant dans l’arrière-plan au bras d’un inconnu. Il se procure une copie du film et découpe le bout de pellicule où il croit voir la vérité, la preuve de cette faute pourtant inimaginable de sa bien-aimée. Cette image le plonge dans un dangereux désespoir. Merveilleuse mise en abyme d’une réflexion sur l’image cinématographique. Caméra mobile aux moments opportuns du drame, éclairages subtils, jeu convaincant : Feuillade atteint une parfaite maîtrise de tous les éléments d’une mise en scène à la fois riche et sans fard.


JPEGLE MYSTÈRE DES ROCHES DE KADOR de Léonce Perret / Int. : Suzanne Grandais, Léonce Perret, Émile Keppens / 35mm N&B (teinté) / intertitres en français / 44 min (18 i/s) / France, 1913.

Victimes du stratagème d’un prétendant jaloux, une femme et son amoureux sont retrouvés inconscients dans une barque échouée. L’homme survit à ses blessures, sans comprendre ce qui est arrivé, alors que la femme sombre dans un état catatonique et amnésique. Un espoir est fondé sur l’expertise d’un médecin qui vient de publier un traité sur « l’usage du cinématographe en psychothérapie ». En plus d’un ingénieux recours à la formule « du film dans le film », Perret orchestre des scènes au pouvoir visuel tout à fait médusant.


JPEGLE CŒUR ET L’ARGENT de Louis Feuillade / Int. : Suzanne Grandais, Renée Carl, Raymond Lyon / Betacam N&B (version numérique restaurée et teintée) / intertitres en français / 18 min / musique composée par Patrick Laviosa / France, 1912.

Une jeune femme est convaincue par sa mère d’épouser un homme riche. Elle ne cesse toutefois de rêver au temps de ses promenades avec celui qu’elle aime et qu’elle a abandonné. Désigné en France comme étant peut-être le plus grand « plasticien » des débuts du cinéma, Feuillade compose ici des images éclatantes, pleines, profondes, peintes avec toutes les nuances de la lumière. Il cherche de plus à projeter l’univers mental de ses personnages par un usage raffiné des surimpressions mariant deux images.


JPEGSUR LES RAILS de Léonce Perret / Int. : Valentine Petit, Eugène Breon, Émile Keppens / 35mm N&B / intertitres en français / 14 min (18 i/s) / France, 1912.

Un cheminot annonce à son meilleur ami la nouvelle de son mariage, ignorant que celui-ci est secrètement amoureux de la même femme. Incapable de supporter son malheur, ce dernier cède à des impulsions meurtrières. Perret déploie ce court drame dans un langage cinématographique totalement abouti et une intensité de tous les instants. Chemins de fer, abus d’absinthe, folie, passion amoureuse et suicidaire dans la classe ouvrière : ce film n’est pas sans rappeler Zola et, de fait, La bête humaine que réalise Jean Renoir 25 ans plus tard.


Durée totale : 100 min.

Avec le soutien du Conseil des arts de Montréal.

Et la collaboration de l’École de cinéma Mel Hoppenheim, Université Concordia.

Cinémathèque québécoise : 335, boul. De Maisonneuve Est, Montréal.


JPEG - 81.3 ko
© Collection du Musée Gaumont.
JPEG - 82.9 ko
© Collection du Musée Gaumont.

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • cinéma couleur, collectionneurs et archives

    Défense de l’amateur

    Ce bref essai basé sur les expériences de recherche de l’auteur s’appliquera à démontrer que, en plus de jouer un rôle de premier plan dans la redécouverte de corpus longtemps négligés, les collectionneurs participent à la mise en valeur de documents filmiques posant des problèmes en apparence insolubles aux archives établies.

  • Cinéma expérimental

    Nouvelles du front des images et des mots

    Dans un contexte médiatique toujours plus saturé, et toujours plus soumis à la dictature du présent, trois événements récents viennent éclairer la riche actualité du cinéma expérimental, et des questions qu’il suscite notamment autour de ladite « Révolution numérique », qui n’en finit pas d’arriver et dont, après la prise de la Bastille argentique, on peine parfois à réaliser que les jours de la Terreur sont déjà advenus, et les premières têtes coupées depuis un bon moment.

  • SUR LE CINÉMA ARTISANAL

    Pour un centre d’artistes, j’ai préparé une communication sur le cinéma dit « alternatif » ou « artisanal ». En préparer le propos et les sujets est une chose, mais il faut aussi se préparer à la livrer, à la dire, à la mettre en mot. Lorsque je quitterai le parc de la Sainte-Cunégonde, à côté du Café Dépôt, un de mes repaires favoris, ce sera parce que je serai prêt à la livrer. Mon mandat, lors de cet atelier théorique qui débutera dans quelques heures, est de faire découvrir aux participants les différentes facettes de la narrativité alternative à travers des extraits de films, des citations et peut-être, si le temps nous le permet, des exercices de création.

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal