Hors Champ

mai / juin 2019

Télé-utopie

ROSSELLINI, RUIZ, GODARD, ROHMER ET LA "TÉLÉVISION D’AUTEUR"

9 janvier-28 mars 2008, à la Cinémathèque québécoise

par Karine Boulanger, Viva Paci
27 décembre 2007

C’est probablement quand l’œil du néoréalisme se tourna vers la « boite à images » domestique qu’une idée étrange s’empara, pendant presque vingt ans (entre les années 60 et les années 80), d’une poignée de réalisateurs de cinéma : cet objet du quotidien, la télévision, pouvait servir à communiquer. On retrouve à la télé, tout au long de cette période, sur des chemins parallèles, ouverts par Marker, Rohmer, Godard, Perrault, Fassbinder, Reitz, Loach.

Communiquer des savoirs, enseigner l’histoire, la géographie, les architectures de la pensée, montrer les époques révolues pour apprendre quelque chose sur l’actualité, expliquer les idées des figures qui ont marqué l’antiquité et la modernité, réfléchir sur la littérature, la dramaturgie… telle était l’utopie. Et le cinéma aurait contribué au projet, de même que les états : le cinéma aurait fourni son œil et son cœur, les caméras, les micros, et le montage. Les états auraient réglé la facture. Et les téléspectateurs (pas encore une masse homogénéisée par des décennies de domination cathodique) en seraient sortis grandis. C’est Roberto Rossellini qui, à partir de 1963, professa cette idée de la télévision comme encyclopédie démocratique. Ses réalisations sur l’histoire (L’âge du fer, La lutte de l’homme pour sa survie, L’âge de Cosme de Médicis), la philosophie (Socrate, Augustín, Descartes, Pascal), et la religion (Les actes des Apôtres) constituent des centaines d’heures de palimpsestes télévisuels qui réinventent à chaque fois la mise en scène, le montage, le traitement des archives.

JPEG - 45.1 ko
La prise du pouvoir par Louis XIV (Rossellini, 1966)

L’exemple de Rossellini devait marquer plusieurs cinéastes. Nous montrerons quelques travaux de Godard, Rohmer et Ruiz qui voulurent faire, comme lui, une télévision didactique et pédagogique, qui puisse changer le monde et remodeler la télévision elle-même. Rohmer est peut être celui qui partage le plus directement avec Rossellini une volonté didactique. Entre 1963 et 1970, il produira pour la télévision pédagogique française une vingtaine de programmes destinés à être utilisés en classe, la plupart portant sur des figures littéraires marquantes (Hugo, Mallarmé, Poe), en plus de réaliser quelques émissions régulières sur le cinéma et la politique. En 1975, il réalise quelques épisodes de Ville nouvelle - sur l’architecture et l’urbanisme en France - pour l’INA. Ruiz, à partir des années 70, s’intéressa de près aux possibilités de la télévision. Il réalisera huit émissions et séries, fictions et documentaires, portant essentiellement sur l’histoire et la politique, et transgressant radicalement formats et pratiques de la télévision, au point que plusieurs de ses projets ne furent jamais diffusés. Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville réaliseront pour l’INA Six fois deux puis France Tour Détour Deux Enfants, qui laissent entrevoir ce que pourrait être une télévision militante. France tour détour brasse l’idée même de l’apprentissage du monde et de ses codes, en suivant deux jeunes enfants.

JPEG - 42.4 ko
France Tour Détour Deux Enfants (Godard-Miéville, 1978)

Ce tableau peut laisser nostalgique d’un âge d’or de la « télévision d’auteur », comme le disait joliment Ruiz. Il importe pourtant de souligner que ces productions étaient à l’époque l’exception plutôt que la règle. Elles restent toutefois comme les images d’un temps où les grandes institutions et chaînes osaient se laisser parfois surprendre. Vouloir changer la télé n’était peut être pas la moindre des utopies…

Viva Paci, programmatrice invitée et professeure de cinéma

Karine Boulanger, programmatrice télévision et vidéo

Avec la contribution financière et le soutien de la Chaire René Malo, de l’Institut Italien de Culture de Montréal, l’Institut national de l’audiovisuel (INA), de la revue électronique Hors Champ et du Département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal.

Notes sur les copies : Puisque ces œuvres ont toutes été tournées en premier lieu pour la télévision, elles seront pour la plupart présentées à la salle Fernand-Seguin en format betacam. Les productions de Rossellini posent un problème particulier, en ce que les aléas de leur production et de leur distribution rendent difficile de trouver des copies en anglais ou en français, et que les formats disponibles diffèrent. Ainsi, La prise du pouvoir par Louis XIV, Socrate et Blaise Pascal seront présentés en bétacam, Descartes en DVD dans une version doublée en italien (le film a été tourné en français) et sous titrée en anglais, et The Age of the Medicis en 35 mm, dans la version originale anglaise.

- 

Programme :

Mercredi 9 janvier 2008 - 19h

Mai en décembre (Godard en Abitibi), Julie Perron, Qué., 2000, suivi de La Dernière Utopie : La télévision selon Rossellini, Jean-Louis Comolli, Fr., 2006.

Présenté par Viva Paci (UdM) et Paul Tana (UQAM)

JPEG - 44.2 ko
France Tour Détour Deux Enfants (Godard-Miéville, 1978)

Mercredi 16 janvier 2008 - 19h

Hors champ présente :

France Tour Détour Deux Enfants (épisodes 1 à 4), Jean-Luc Godard, Anne-Marie Miéville, Fr., 1979.

Présenté par André Habib (Hors champ)

Mercredi 23 janvier 2008 - 19h

France Tour Détour Deux Enfants (épisodes 5 à 8), Godard, Miéville, Fr., 1979

Vendredi 25 janvier 2008 - 19h

France Tour Détour Deux Enfants (épisodes 9 à 12), Godard, Miéville, Fr., 1979

JPEG - 49.3 ko
France Tour Détour Deux Enfants (Godard-Miéville, 1978)

Mercredi 30 janvier 2008 - 19h

Petit Manuel d’histoire de France (partie 1 et 2), Raúl Ruiz, Fr., 1979

Mercredi 6 février 2008 - 19h

« Éric Rohmer et la télévision pédagogique, 1964-1965 »

Les cabinets de physique : la vie de société au XVIIIe siècle, Éric Rohmer, Fr., 1964 ; Les histoires extraordinaires d’Edgar Poe, Éric Rohmer, Fr., 1965 ; Perceval ou le conte du Graal, Éric Rohmer, Fr. 1964 ; Les "caractères" de La Bruyère, Éric Rohmer, Fr., 1965.

Vendredi 8 février 2008 - 19h

Ville nouvelle (épisodes 1 et 2), Éric Rohmer, Fr., 1975

Mercredi 13 février 2008 - 19h

Ville nouvelle (épisodes 3 et 4), Éric Rohmer, Fr., 1975

JPEG - 47.7 ko
Socrate (Rossellini, 1970)

Mercredi 27 février 2008 - 19h

Socrate, Roberto Rossellini, It.-Fr.-Esp., 1970.

Présenté par Adriano Aprà (Fondation Rossellini et Università di Roma 2)

Jeudi 28 février 2008 - 13h

Table ronde Roberto Rossellini et la télévision

Cette table ronde sera l’occasion de découvrir les œuvres pour la télévision de Rossellini et de discuter du projet commun qui les soutend, celui d’une approche didactique et encyclopédique de l’histoire humaine. ENTRÉE LIBRE.

Avec la participation de : Adriano Aprà (Fondation Rossellini et Università di Roma 2), Elena Dagrada (Università di Milano), Stefano Roncoroni (réalisateur et chercheur indépendant), Viva Paci (UdM)

JPEG - 54.2 ko
Sur le tournage de "La prise du pouvoir par Louis XIV"

Jeudi 28 février 2008 - 18h30

India Matri Bhumi, Roberto Rossellini, It.-Fr., 1959.

Présenté par Elena Dagrada (Università di Milano)

Vendredi 29 février 2008 - 19h

Blaise Pascal, Roberto Rossellini, Fr.-It., 1972.

Présenté par Stefano Roncoroni (réalisateur et chercheur indépendant, Roma)

Mercredi 5 Mars 2008 - 19h

La Prise du pouvoir par Louis XIV, Roberto Rossellini, Fr., 1966

Mercredi 19 Mars 2008 - 19h

Cartesio (Descartes), Roberto Rossellini, It., 1974

JPEG - 64.1 ko
Roberto Rossellini et Jean-Marie Pratte (Louis XIV)

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Dossier : Cinéma documentaire au Liban

    La trilogie autobiographique de Mohamed Soueid

    "Le cinéma occupe une place centrale dans la vie et l’œuvre de Mohamed Soueid. Sa jeunesse a été rythmée par la découverte des films, du classique au populaire : mélodrames égyptiens, comédies ou films américains classiques, films de karaté ont peuplé son imaginaire et alimenté son désir de cinéma."

  • Dossier : Cinéma documentaire au Liban

    INTRODUCTION

    Pour retrouver les premières images en mouvement tournées au Liban, il faut probablement remonter à la fin du XIX siècle. Captées par Alexandre Promio et produites par Louis et Auguste Lumière en 1897, ces images nous montrent une vue inédite des souks de Beyrouth (Souk Abou-al-Nassahr) ou de la place des Canons avec ses piétons et ses voitures.

  • Chronique télévision

    C’EST JUSTE DE LA TV

    C’est cette triple allégeance (au jugement a priori sur la télé, aux vedettes bouche-trou et au public-alibi), pourrait-on dire, qui mine dans son actualisation l’idée derrière C’est juste de la tv, par ailleurs assez séduisante. Mais cela ne devrait pas trop nous surprendre : dans la mesure où c’est tout le paysage télévisuel en mutation qui semble se plier volontairement à cette stratégie dialectique entre le Quidam et la Star, il est dans l’ordre des choses qu’une émission qui s’adresse au même public et se positionne tel un miroir face à ses goûts et dégoûts finisse par en reproduire les tics majeurs.

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal