Hors Champ

mars / avril 2019

MEURTRES, GOTH ET NIHILISME

par Franz-Emmanuel Schürch
17 mars 2007

« How can you just leave me standing/
Lonely the world is so cold/Maybe I’m just too demanding
 »

(When doves cry, Prince)

« Je n’ai trouvé de repos / Que dans l’indifférence »

(Désenchantée, Mylène Farmer)

« Vous savez pourquoi on met un trait d’union à toi-même ? / C’est pour l’autre. […]

Bienvenue, bienvenue ma plaie parfaite. »

(Geneviève Desrosiers, Nombreux seront nos ennemis)

- 

Il parait qu’il y a depuis quelque temps et en divers endroits des individus armés qui entrent dans les écoles et tirent au hasard sur d’autres individus. Ces événements étranges ébranlent beaucoup de gens. Pourquoi les écoles ? Pourquoi cette haine aveugle ? Pourquoi donc d’horribles malades s’attaquent-ils systématiquement aux écoles ? Quel mal innommable les habitent pour qu’ils se jettent ainsi sur ce qui de loin les mérite le moins ?

Il arrive que d’étranges phénomènes se produisent. Et lorsqu’il y a des phénomènes étranges, il faut leur trouver des causes. Et ce qu’il y a d’étrange dans ce qui se produit ces temps-ci c’est que des gens se mettent à tirer au hasard sur des gens à l’école. Nous avons donc deux questions. Pourquoi tirer au hasard sur des gens et pourquoi tirer sur les écoles ?

Commençons donc par les écoles puisque c’est là, me semble-t-il, contrairement aux apparences, l’impossibilité la moins difficile. Pourquoi donc des gens qui veulent tirer au hasard sur d’autres paraissent-ils s’attaquer presque systématiquement aux écoles ? Mais à quoi voudriez-vous donc qu’ils s’attaquent ? Si quelqu’un décide qu’il en est arrivé au point où il n’a plus rien d’autre à faire que de tirer sur des gens, c’est qu’il considère qu’il y a quelque chose de très grave qui se passe ; et en tirant sur des gens il croit ? de façon certes très confuse et sans grande adresse intellectuelle ? régler ce problème qu’il perçoit ou du moins attirer l’attention des autres sur celui-ci. Par ailleurs, puisque c’est sur des humains qu’il tire, il est incontestable que ce sont les humains qui le dérangent ou qui d’une certaine manière sont cause du problème qui l’agite. Et un problème qui concerne les hommes, ou tout au moins un ou quelques-uns d’entre eux contre les autres, c’est un problème politique. Politique au sens fort, s’entend, c’est-à-dire ce qui concerne la vie des hommes entre eux, la construction de cette vie, et les conflits qu’elle implique. Or, si l’on y prête bien attention, l’on s’apercevra que le seul lieu qui pour nous soit encore authentiquement politique, c’est l’école.

C’est-à-dire que les hommes peuvent aujourd’hui facilement se cacher des autres hommes. La réalité politique est si fragmentée qu’un individu peut assez facilement vivre toute sa vie sans avoir à faire face à un individu qui pense de façon fondamentalement différente de lui. Sur Internet on découvre plein de gens qui pensent comme soi et l’on a l’impression que c’est là l’univers entier. Au travail on rencontre des gens qui ont plus ou moins fait les mêmes choix que nous, guidés par à peu près les mêmes conceptions, et dans nos cercles d’amitiés, nous fréquentons ceux qui ne nous rendront pas nos soirées de détentes insupportables par des idées qui nous dérangeraient. Non, en fait, l’école est le seul lieu où nous soyons forcés de vivre quotidiennement, d’être confrontés quotidiennement, de façon souvent conflictuelle et sans jamais pouvoir s’échapper, à des individus qui sont et qui vivent d’une manière qui nous est totalement étrangère. L’école est le seul lieu où des humains soient encore confrontés à d’autres humains qui ne sont pas exactement comme eux, du moins quant à l’essentiel. L’école est le seul lieu où nous soyons confrontés de façon nécessaire et constante à des différences radicales.

Toutefois, bien qu’une certaine faiblesse nous pousse de la sorte à nous entourer de clones de nous-mêmes pour ne pas avoir à être ébranlés de l’extérieur, il paraîtrait qu’en fait nous ne reconnaîtrions de vrai que ce qui est soumis également au regard des autres, et d’autres que l’on puisse authentiquement reconnaître comme tels. Ou en d’autres termes, nous ne reconnaîtrions de vrai que ce qui a une réalité politique. Nous pouvons trouver plusieurs exemples de cela : lorsqu’il nous arrive quelque chose, pour que cela devienne « vrai », nous voulons que d’autres le sachent, qu’ils y participent (qui n’a pas envie de retourner voir avec un autre un film qu’il a trouvé particulièrement significatif, ou de faire lire à un autre un livre capital) ; certains veulent passer à la télévision pour exister vraiment ou s’offrir en spectacle de quelque manière, et d’autres lorsqu’ils sont amoureux, comme on dit, veulent le crier sur tous les toits.

N’est-il pas normal, alors, que ceux qui veulent se révolter grandement contre le monde qui ne répond pas à leurs exigences, retournent au seul endroit où ils puissent trouver et confronter le regard d’authentiques « autres » qui se retrouvent ensemble de façon conflictuellement structurée, n’est-il pas normal qu’ils retournent à l’école pour se faire entendre ?

S’il est toutefois raisonnable de voir en l’école la seul authentique agora que nous ayons, si l’on peut comprendre que dans un geste aveugle un individu égaré par maints côtés puisse trouver quelque raison qui le guide dans cette direction, il nous reste encore à voir ce que ces individus, lorsqu’ils sombrent dans la folie, pourraient avoir à porter à l’école comme revendications politiques. Quel peut donc être ce problème pour lequel ils veulent réparation ou sur lequel ils veulent éveiller l’attention ?

Il est évident au premier abord que tirer sur des gens est un geste de violence et qu’un geste de violence est en général accompli par quelqu’un d’insatisfait qui souhaite réparer cette insatisfaction par cet acte violent. L’objet sur lequel est dirigé sa violence en outre devrait être celui qui de quelque manière peut réparer son insatisfaction. L’on s’attaque par exemple à un animal dans la forêt parce que l’on a faim : cet animal, lorsqu’on l’aura mangé aura assouvi notre faim ; l’on s’attaque à quelqu’un qui nous insulte et nous humilie et lorsqu’il gît par terre écrasé sous nos coups, notre humiliation disparaît derrière la puissance que procure le sentiment d’être l’auteur de la sienne.

Ainsi, puisqu’il est assez manifeste que les gens qui entrent dans les écoles pour tirer au hasard sur ceux qui s’y trouvent ne nourrissent pas l’étrange projet de les manger, faudrait-il croire qu’ils ont quelque humiliation à réparer ? C’est par ailleurs, lorsque l’on ne se contente pas de souligner leur évidente folie, l’explication que l’on sollicite le plus volontiers : ces fous sont d’anciens ou d’actuels rejets qui n’ont jamais su digérer leurs difficultés sociales adolescentes et qui viennent démesurément venger les humiliations qui les ont dévorés. Explication facile, qui a le douteux mérite d’être « psychologique », mais qui me paraît un peu banale. Raison pour laquelle je souhaiterais en considérer une autre.

JPEG - 73.5 ko
Anselme Kiefer, Midgard (1982-85)

Mais remarquons d’abord que ce sont souvent des représentants de ce que l’on appelle la culture « gothique » que l’on accuse de se jeter dans les écoles pour tirer au hasard sur des gens. Il faudrait donc commencer par expliquer ce qu’il y a de spécifique à cette culture gothique et voir ainsi s’il n’y aurait pas quelque élément susceptible de nous éclairer à l’égard du problème que nous cherchons. Soulignons immédiatement, toutefois, que le lien entre les Goths et les tueries dans les écoles ne mérite pas d’être fixé tel une évidence comme si le fait d’embrasser le « gothique » devrait nécessairement pousser quelqu’un à la tuerie. Fixer un tel lien serait très bête, mais il me semble néanmoins que le phénomène gothique est mû par une révolte qui, elle, est liée de façon intéressante à l’insatisfaction qui, emportée par la folie, peut égarer certains jusqu’à la tuerie (cela dit, il y a des liens partout qui peuvent amener les fous jusqu’à la tuerie !). C’est ce lien que je voudrais explorer, parce qu’il est possible qu’il puisse nous apprendre quelque chose sur nous tous, et certainement pas pour condamner des Goths. Examinons donc rapidement ce à quoi, du moins de l’extérieur, on croit pouvoir reconnaître des Goths. Bien sûr, et sans vouloir prétendre ici rendre compte de façon exhaustive des caractères « gothiques », l’on voit ses représentants souvent vêtus d’habits noirs qui ressemblent vaguement à ceux dans lesquels on verrait volontiers des sorcières. Ils sont maquillés de façon effrayante. L’on remarque aussi qu’ils ont une esthétique légèrement moyenâgeuse, sans doute à l’origine de l’appellation « gothique ». L’on sait qu’ils aiment bien certains films d’horreurs, qu’ils sont peut-être plus spécifiquement sensibles au raffinement des vampires, etc. Ainsi pourrions-nous dire, voilà qui est clair : ils ont des difficultés à se faire accepter de leurs camarades à l’école et affichent leur colère pour se montrer plus forts... Comment être plus efficace à cet égard qu’en prenant l’allure d’un monstre effrayant, d’un vampire avec des lèvres noires ? Ils répondraient ainsi à l’humiliation par l’intimidation. Voilà l’explication de leur problème - pas tout à fait politique il est vrai puisque cela semble être une question qui mobilise uniquement le précieux « estime de soi » - et voilà ce qui explique toute leur violence. Mais encore là, j’oserais avancer qu’il est préférable lorsque l’on veut réfléchir convenablement, adage qui déplairait aux psychologues, de se méfier des explications banales.

Certes la colère et la réaction à l’exclusion peuvent justifier que l’on ait envie de se déguiser en monstres intimidants, mais pourquoi donc ce goût pour le Moyen-âge ? N’est-il pas étrange en lui-même et ne doit-on pas s’en étonner ? Il y a autant de monstres dans les sciences-fictions futuristes que dans les fantaisies moyenâgeuses. Mais si l’on y regarde de plus près, que représente donc le Moyen-âge de la façon la plus frappante dans l’esprit général ? Il y a certes de la noirceur liée au Moyen-âge, ce qui fait toujours un peu peur, mais encore ? Le Moyen-âge n’est-il pas l’expression, du moins pour les occidentaux, de l’esprit religieux : n’est-ce pas d’ailleurs précisément pour cette raison que les modernes, excités par leurs lumières et le progrès de la science, ont qualifié cette époque de noire et d’aveugle ? N’est-ce pas l’époque où l’on consacrait cent ans et cent vies à ériger des monstres de pierre à la gloire de Dieu ? Imaginons, nous bâtisseurs de supermarchés en tôle, ce qu’il fallait de foi, et de terreur et d’amour pour construire ces cathédrales que nous passons admirer quelques fois lorsque nous sommes en vacances.

D’accord me répondra-t-on, mais qu’est-ce que la religion a à voir avec les « Gothiques » et surtout, avec les meurtres au hasard dans les écoles ? Et bien c’est qu’il me semble que la raison qui fait que de jeunes gens s’éprennent de l’esprit gothique a bien moins à voir avec la peine psychologique de ne pas être l’ami des chanceux qui sont dans l’équipe de hockey et des chanceuses qui s’habillent chez H&M, qu’avec la différence qui sépare notre époque de celle du Moyen-âge. Et cette différence réside dans ce que Weber a nommé, peut-être un peu maladroitement, le désenchantement du monde, c’est-à-dire la mort des religions, du lustre et de la puissance qu’elles apportaient à l’existence humaine et aux choses avec lesquelles les hommes entrent quotidiennement en contact.

JPEG

Prenons garde toutefois, croire que les « gothiques » sont en manque de religion serait une autre banalité psychologique, car la religion n’est elle-même qu’une mauvaise réponse à un problème plus important, problème qui fut esquissé pour la première fois par le philosophe Friedrich Nietzsche et qu’il a lui-même nommé le nihilisme occidental. Pour le dire rapidement, le nihilisme est ce mouvement historique qui consiste, pour l’homme, à rejeter tout ce qui le fait souffrir. La vie le fait souffrir, alors il la rejette et la nie en la remplaçant par un paradis où un Dieu bienfaisant le noiera dans la béatitude. Puis ensuite ce paradis se fait attendre ou reste avare des preuves qui donneraient le courage de l’attendre. Le paradis fait donc aussi souffrir : il est alors nié à son tour et ainsi comme disait Nietzsche, nourri par le souffle négateur de l’homme, le désert croît.

Ce désert n’est pas l’absence de Dieu, Dieu lui-même n’a été sollicité que pour cacher ce désert, non, ce désert, c’est l’aveuglement de l’homme sur lui-même, c’est sa capacité, de se ruiner lui-même et toute sa grandeur dans l’indifférence plate. Pourquoi l’indifférence ? Nous l’avons dit, le nihilisme, c’est la fuite qui nie et détruit tout ce qui le menace, tout ce qui lui fait peur : son moteur c’est la peur. Peur de quoi ? La peur de souffrir. Tout ce qui fait souffrir est rejeté, nié, étouffé, anéanti. Mais comment ne plus souffrir (projet général - je le note en passant - de nos petits prêtres que sont les psychologues) ? Il n’y a qu’une seule façon de ne plus souffrir, c’est de se rendre insensible, c’est-à-dire indifférent à tout et ainsi inattaquable puisque tout nous indiffère et c’est comme ça qu’on sera enfin roi dans le désert qu’on aura construit autour de soi pour se protéger des obstacles. Ainsi, dans la fuite écervelée devant l’idée même d’une souffrance, l’esprit des hommes est pris par une crampe qui le fixe dans l’aveuglement de sa fuite et étouffe tout ce qui pour lui pourrait être important mis à par lui-même et la conservation de sa vie dans le confort et la sécurité de l’absence de souffrance.

Ne se pourrait-il pas que ce soit contre ça que peut-être même sans le savoir se révoltent les Gothiques, eux qui cultivent l’horreur et la souffrance, eux qui admirent les ombres obscures d’un Moyen-âge où des monstres étranges se seraient révoltés contre Dieu ? C’est tout le contraire de l’indifférence plate des insensibles, cela : la confrontation monstrueuse des forces obscures et universelles. Il faudrait pour une fois mesurer tout ce qu’il y a de nostalgie du religieux et de dégoût pour l’absence d’enjeu, d’intensité, et pour l’étonnante mesquinerie de l’existence quotidienne actuelle, dans la sympathie gothique.

Notre monde serait devenu insignifiant et laid. Non laid comme une laideur effrayante de Gothique, comme une laideur expressive, mais de la laideur molle de la platitude, de la laideur qui ne s’intéresse à rien et qui n’intéresse personne, de la laideur qui ne soulève aucun enjeu de vie ou de mort, de la laideur qui va chez le chirurgien pour que son nez disparaisse parce que son profil trace une différence trop profonde avec le reste du visage, de la laideur qui veut que sa vie marquée sur sa peau disparaisse pour qu’elle puisse oublier la mort dans la même disparition, de la laideur qui frotte sa maison tous les jours avec du détergeant pour être sûre de n’y jamais trouver d’étrangers, même microscopiques, de la laideur qui fait la même chose avec les villes ou qui les fuit pour se réfugier dans les gazons verts, propres et uniformes de la banlieue.

Si le monde est devenu insignifiant, que l’on n’a plus l’impression d’y rien pouvoir faire d’important parce que tous les enjeux sont rabaissés à des alternatives débiles où les deux côtés sont inoffensifs, alors il est peut-être compréhensible que de jeunes gens se tournent vers les mythes du Moyen-âge et vers ses monstres émouvants.

Si le monde nous condamne à ne pouvoir poursuivre en lui aucun autre but que celui de se maintenir platement en vie dans l’absence de souffrance, rien d’autre donc que la simple et bête conservation de soi dans la sécurité (ce que vise toute aspiration au confort et ce que signifie ultimement toute utilité : ce qui résume actuellement, il est vrai, les impératifs mondiaux, mêmes écologiques), et qu’ainsi le monde empêtré dans son atavique ahurissement refuse d’entendre ces quelques-uns qui veulent qu’il se réveille et qui ragent de vivre avec force, saisissant que c’est en partie dans la souffrance que l’on peut rencontrer quelque chose de grand ou rencontrer grandement quelque chose, alors peut-être pouvons-nous comprendre que certains en viennent à vouloir bousculer le monde et peut-être pouvons-nous comprendre aussi que certains d’entre eux soient précisément gothiques.

Les gens qui vont tirer sur d’autres gens dans les écoles sont des fous. Ils comprennent mal ce qui les meut et réagissent de façon non seulement injuste, mais inefficace puisqu’ils saisissent imparfaitement l’objet et les raisons de leur rage, mais les fous, bien qu’ils ne comprennent pas tout, comme tout le monde comprennent au moins en partie quelque chose et la radicalité de leur crise peut ne pas être inutile pour les autres si ces derniers parviennent à comprendre comment cette folie, c’est le raidissement étroit, déplacé et hystérique d’une révolte raisonnable.

JPEG - 232.1 ko
Anselme Kiefer, Die Meistersinger (1981)

Recherche

Mots-clés

Mots-clés liés a cet article:

Autres groupes de mots-clés

A lire également

  • Ceux qui font les révolutions...

    Le cinéma québécois ne digère pas la grève

    Retour sur la réception de Ceux qui font les révolutions à moitié... de Mathieu Denis et Simon Lavoie.

  • Dossier Ghassan Salhab

    Devant les ruines

    Etablir une cartographie des ruines au Liban revient à appréhender cette hétérogénéité des vestiges, autant que ses stratifications temporelles. Comment appréhender Beyrouth après le désastre, comment représenter une ville en ruines, dont les repères spatio-temporels seraient rompus ?

  • Le ciel est au dessus de toi

    Entretien avec Stéphane Lafleur

    Entretien avec le cinéaste Stéphane Lafleur, dix ans après Continental, un film sans fusil.

ISSN 1712-9567
copyright 2015

OffScreen       Conseil des arts du Canada   iWeb Technologies   Conseil des arts de Montréal